Close

#2LePointSur : La visite de certification V2014 : Une étape de la démarche qualité gestion des risques au sein d’un établissement, ou d’un GHT.

Les nouvelles modalités de visite pour la prochaine itération vont prochainement être annoncées par la HAS. Elles prendront en compte la dimension GHT pour les établissements publics. (Cf Paris Healthcare Week)

Mais quelles que soient les nouvelles modalités, la visite de certification est, certes, importante et structurante pour un établissement, mais elle doit être avant tout une étape d’une démarche qualité – gestion des risques construite par les acteurs.

La visite de certification V2014 HAS comporte 3 temps qui doivent s’intégrer dans une démarche qualité – gestion des risques structurée, comprise et admise par les professionnels, tous les professionnels.

1er temps : la préparation de la visite :

La certification doit être le prolongement des actions menées au quotidien, à partir du moment où la date de visite est connue, l’établissement se remet en ordre de marche.

Ce premier temps est l’occasion de faire un point sur le système qualité – gestion des risques, tant du point de vue du management de celui-ci que de sa mise en œuvre au plus près du patient.

Il est important de mobiliser l’ensemble du personnel lors de ce point : il s’agira de remobiliser les responsables de thématiques avec la mise en place d’une revue de processus (tableau de bord, indicateurs, audits, actions d’améliorations inscrites au programme qualité globale) ; mais également le personnel de terrain qui sera en contact direct avec les experts-visiteurs lors de la visite.

C’est également lors de cette phase que le compte qualité, outil de dialogue avec la HAS, sera réactualisé ;

2nd temps : la visite en elle-même :

Point d’étape de vérification par l’externe de ce qui a été construit en interne. Ce moment ne doit pas être vécu comme un moment d’inspection avec comme objectif des pénalités, mais comme un moment d’échange et de construction d’une démarche globale au sein d’un établissement ou prochainement d’un GHT.

Il ne s’agit pas de démontrer que l’on est parfait, mais de démontrer que l’on a construit un système dans lequel les acteurs se retrouvent, comprennent la démarche et donc en maitrisent le déroulement et ont connaissance des actions menées à cet effet.

Il est important de se préparer à ces rencontres avec les experts-visiteurs, cela permet non seulement une répétition générale, mais aussi d’approfondir le questionnement autour des thématiques. La mise en place de jeux de rôle peut aider à se préparer à cet échange.

3eme temps : l’après certification, ou comment maintenir la dynamique ?

Le fait qu’une certification en A permette une visite tous les 6 ans, avec certes l’envoi d’un compte qualité intermédiaire tous les 2 ans, ou en B tous les 4 ans avec un compte intermédiaire à 2 ans également, ne doit pas entraîner l’établissement dans une somnolence.

Les résultats et l’envoi du rapport de certification vont dans tous les cas faire apparaître des axes d’amélioration à travailler. Ces axes doivent être intégrés dans le programme qualité mais également dans le système de management de la qualité – gestion des risques.

La roue du PDCA (ou de Demming) ne s’arrête pas au départ des experts-visiteurs, elle continue de tourner…

Une démarche qualité –gestion des risques intégrée au management maintient la dynamique et permet aux équipes de ne pas subir la certification comme un épreuve mais de la vivre comme un facteur de mobilisation autour d’un objectif commun : une prise en charge des patients de qualité et sécurisée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *