Close

Qui nous sommes

Créée en 2006, LBDA (la boite d’assemblage) est une structure indépendante spécialisée dans les missions d’accompagnement et de formations. 

Notre intervention a pour objet de renforcer la cohérence de l’ensemble des activités d’un établissement de santé en respectant sa spécificité, ses enjeux propres avec pour finalité d’améliorer l’offre de soin, la prise en charge, la performance et l’efficience du système de santé.

L’engagement de LBDA est de Susciter, Promouvoir et Soutenir l’amélioration continue de la sécurité et de la qualité des soins.

LBDA a accompagné depuis maintenant plus de 10 ans près d’une centaine d’établissements dans la mise en place et le suivi de projets de type : 

bda-puce_orange_1 Conseil en stratégie et audits organisationnels ;

bda-puce_verte_1 Mise en place et accompagnement des démarches qualité et gestion des risques, et des procédures de certification HAS (V1, V2007, V2010, V2014…) ;

bda-puce_bleue_1 Mise en place des démarches d’analyse des pratiques professionnelles.

Innovante, LBDA anticipe donc la préparation de la certification V2020 en proposant d’ores et déjà aux établissements qui le souhaitent un accompagnement à la démarche « pertinences des soins » et « parcours patients ».

Nos Valeurs

bda-puce_orange_1 LBDA adopte une posture indépendante et de tiers de confiance

bda-puce_orange_1 LBDA n’hésite pas à casser les idées reçues

bda-puce_bleue_1 LBDA intervient pour construire de manière pérenne 

bda-puce_bleue_1 LBDA se situe dans une démarche d’innovation et développe des pratiques participatives et coopératives

bda-puce_verte_1 LBDA co-construit avec vos équipes ses interventions pour vos projets dans le cadre de véritables partenariats

bda-puce_verte_1 LBDA communique de manière innovante et adaptée à vos publics

Notre Démarche Qualité

Démarche Qualité : Loi du 5 mars 2014 sur la formation professionnelle

LBDA Sarl s’engage dans une démarche Qualité suivant la Loi du 5 mars 2014 et le décret du 30 juin 2016 relatif à la qualité des actions de formation professionnelle.

Il s’agit de contribuer efficacement à :

bda-puce_orange_1 la conception de la formation professionnelle

bda-puce_verte_1 l’amélioration de la lisibilité et de l’efficacité du système afin de faciliter l’accès à la formation professionnelle de l’ensemble des actifs

bda-puce_bleue_1 la sécurisation des parcours professionnels au niveau individuel et collectif.

Voici une partie de la documentation relative à notre process qualité :

bda-puce_orange_1 Modalités de personnalisation d’accès à la formation  

Lire

bda-puce_verte_1 Adaptation des modalités pédagogiques de la formation 

Lire

bda-puce_bleue_1 Préparation du stagiaire avant la formation

Lire

bda-puce_orange_1 Procédure d’évaluation à la sortie de la formation

Lire

bda-puce_verte_1 Moyens matériels mis à la disposition des stagiaires et des commanditaires

Lire

bda-puce_bleue_1 Procédure de communication des liens d’intérêt aux participants 

Sur demande

bda-puce_orange_1 Règlement Intérieur de formation 

Lire

Les procédures et autres documents relatifs à notre démarche qualité sont disponibles sur demande.

Assemblages

C'est quoi ?

bda-puce_orange_1 LBDA assemble pour le compte de ses clients

bda-puce_verte_1 LBDA assemble autour d’elle ceux qui font sens avec elle

bda-puce_bleue_1 LBDA assemble semblables et dissemblables

bda-puce_grise_1 LBDA n’est aussi qu’un rouage dans de nombreux autres assemblages, où des projets de projets s’articulent, où des synergies se construisent, où des espaces de coopération se créent.

Les assembleurs :

Aurélie Marchand, créatrice de LBDA

Aurélie Marchand, créatrice de LBDA,  affiche sa personnalité :

  • FFEntreprendre, c’est là son envie.
  • L’indépendance, c’est son impératif.
  • Professionnelle et perfectionniste, c’est son défaut.
  • Pragmatisme et méthode permettent de réussir.
  • Engagée, car rien n’est immuable, il y a toujours des alternatives.
  • La citoyenneté, c’est la noblesse du responsable


Aurélie Marchand raconte son histoire

Elle aime les territoires et leurs décideurs : « diplômée de l’INSEEC Business School de Bordeaux et d’un DEA d’urbanisme, spécialité aménagement du territoire, j’ai fait pendant 10 ans du lobbying en direction des élus et négocié des prises en charge partielle du service public à travers des partenariats publics locaux. Plus tard, j’ai fait des missions auprès des collectivités locales cherchant à exprimer leur vision du territoire. »

Elle voit les dysfonctionnements et raisonne en mode organisation : «  j’ai commencé par organiser méthodiquement ma vie et mon travail… Puis j’ai mené des missions pour l’organisation des bureaux de poste, en France, et même à l’étranger. Mais ce sont les services hospitaliers qui représentent les cas d’école les plus complexes, les plus passionnants ».

Elle adore concilier les points de vue contradictoires, comme le social, l’économique et l’environnement : « j’ai, en tant que chargée de mission, participé à la constitution du Conseil National du Développement Durable et à l’animation d’un cadre de réflexions transversales facilitant la prise de parole des acteurs issus des différents secteurs de la société civile sur les différentes thématiques définies par le Conseil, notamment la place du développement durable dans la recherche scientifique, dans la participation citoyenne et dans l’approche de la responsabilité sociale de l’entreprise. »

Elle a rejoint le monde du conseil pour pallier les défauts de ceux qui voient l’homme uniquement comme ressource : « j’ai mené des projets de conduite du changement pour le compte d’entreprises, de collectivités territoriales et d’organismes publics. Progressivement, les questions RH sont devenues centrales, car c’est la principale faiblesse des entreprises françaises. Qu’il s’agisse de la gestion prospective ou de la simple mise en place d’horaires adaptés aux règles légales… ».

Aurélie Marchand rencontre son monde

En fondant en 2006, LBDA (La Boite d’Assemblage) elle veut lier les individus, les structures, et les collectifs dans l’objectif d’inventer des nouvelles formes d’engagement et de gouvernances au sein des organisations. C’était encore un peu vague.

Une première mission dans le monde hospitalier lui a donné le cadre dans lequel ce qu’elle imaginait comme sa valeur ajoutée pouvait s’exercer. C’est un monde complexe, car il touche le cœur et les limites de l’humanité. Avec en son coeur une matière en souffrance, le patient, de plus en plus exigeant, quand il peut s’exprimer…

Les missions se sont succédées. La spécificité de la gouvernance hospitalière, avec la multiplicité des pouvoirs financiers, médicaux, techniques, relationnels, syndicaux, la multiplicité des logiques, en fait un sac de nœud, qu’elle s’est mise en tête de dénouer avec l’efficacité de la candeur pleine de bon sens.

Au fil des rencontres, c’est Bruno Barbin qui lui propose d’allier son travail sur la qualité avec son action sur l’organisation. Cela va de pair… Le monde d’Aurélie se peuple de thématiques nouvelles, protocoles de soin, droits du patient, bientraitance… Le tissage de toutes ces logiques et leurs assemblages seront les vecteurs de mutations du monde de la santé, mais aussi de mutations sociétales.

Mais c’est aussi la ressemblance de ce monde hospitalier avec celui d’autres organisations qui sautent aux yeux : tout n’est qu’affaire de processus, logiquement organisés, et en tous points disséqués. Les flux de matière, les flux de patients, les flux d’information, c’est un modèle de compréhension indispensable pour comprendre le monde de la santé et du social.

Les rencontres d’Aurélie, c’est aussi l’émotion qui s’exprime : le courage d’une jeune fille paralysée, la détresse d’une personne âgée, le coup de blues de l’infirmière et la perplexité du directeur d’établissement, confronté aux injonctions contradictoires, qu’elles viennent de la société, qu’elles viennent de l’Etat ou la pression permanente des personnels, des patients, de leurs familles, de l’environnement…

Sa personnalité, son expérience, ses rencontres, elle les a assemblées dans une boîte, la boite d’assemblage.

Bruno Barbin

Professionnel et perfectionniste, c’est la qualité de la personne

L’hôpital c’est sa famille. On ne choisit pas sa famille, mais on la connaît bien, on la vit, on en est. Cela n’empêche ni les sentiments, ni les ressentiments. Bruno entretient avec l’hôpital, ses murs, ses femmes et ses hommes, les idées, informations et connaissances qui y circulent, une relation de familiarité totale. Ayant effectué des missions dans plus d’une centaine d’établissements, il dispose dans son disque dur du schéma type… et de toutes ses variantes locales.

C’est donc en lançant un mouvement pour et par la qualité que Bruno Barbin va accroître son rayon d’action en diminuant ses contraintes. Pendant plus de 10 ans, il a conçu, organisé et animé les JIQH – Journées Internationales de la Qualité Hospitalière. Ce moment intense d’échange d’expérience, de concentration de savoirs, c’est pour lui l’immense satisfaction de voir celles et ceux qu’il a rencontré tout au long de ses nombreuses missions dans les établissements réutiliser et enrichir les concepts et les idées qu’il a semées, au bénéfice de la santé.

Bruno Barbin rencontre Aurélie Marchand

Transmettre. Une idée fixe tellement partagée dès qu’on a atteint un niveau d’expertise important, et que l’on ne peut indéfiniment sillonner les établissements hospitaliers, sans s’interroger sur le progrès inéluctable et l’éternelle quiétude de ses certitudes…

Transmettre. Il fallait un personnage, partageant des objectifs communs, mais venue d’un autre monde. C’est un peu ce qui s’est passé lors de la rencontre entre Bruno et Aurélie …

Transmettre. Pourquoi transmettre ce qu’on maîtrise déjà, alors qu’il s’agit d’aller, y compris dans l’acte de transmission, aller encore plus loin… La qualité reste un impératif majeur, mais ses techniques étant aujourd’hui largement popularisées, même si les efforts à faire et à continuer nécessitent d’être sans cesse renouvelés, elle demande à être humanisée. Il faut encore plus prendre en compte le soignant, et le patient, leurs interactions.

On quitte les limites du monde de la science pour entrer dans l’univers plus flou du monde de la gouvernance des hommes.

Le défi est alors de maîtriser les aléas du parcours de soins. C’est la bataille de Bruno… et d’Aurélie. Chacun apporte son expérience, son monde, sa méthode. Ils sont partis en campagne, et leurs chemins, mais aussi le chemin de tous ceux qui apprécient l’éclairage que LBDA apporte à la pratique hospitalière quotidienne, mènent non pas à Rome… mais en Avignon, autre cité papale, disposant de hauts lieux pour la transmission… dans ce monde de malades… !

Laurence Luquel

Laurence est une perfectionniste. Comme directrice médicale, elle met en œuvre le projet médical, déploie la culture qualité et anime une équipe médicale dans un établissement gériatrique, Les Magnolias, dans l’Essonne. Par le passé, elle a exercé dans les équipes d’urgence de l’hôpital Saint Antoine, avec une spécialité en Cardiologie. Les parcours de soins gériatriques n’ont pas de secrets pour elle. L’attention portée aux patients et aux familles des patients montrent ses grandes qualités d’humanisme et de respect de la souffrance. 

Elle est titulaire d’un DEA de santé publique, mention sociologie, et collabore depuis plusieurs années au sein du conseil scientifique des Rencontres au Cœur du Parcours de Soins. Elle anime une mission auprès de l’ARS francilienne pour le déploiement de l’outil trajectoire.

Didier Thiercelin

Didier amène au Conseil le calme devant l’urgence et la catastrophe qui sied à tout praticien urgentiste. Le calme qui permet justement de déceler la cible de son intervention, celle dont le traitement peut déterminer l’ensemble de la mission. C’est un spécialiste des systèmes de qualité, de gestion des risques et d’évaluation des pratiques professionnelles. 

Actuellement Médecin urgentiste, il a effectué une bonne partie de sa carrière dans le Groupe Saint Georges, à Nice, où il a été directeur qualité & gestion des risques du Groupe, puis directeur général de  Clinique Saint-Antoine. Il a également assuré des fonctions d’enseignement au sein de la Faculté de Médecine de Nice.

Il anime également un site internet consacré à la médecine d’Urgences :

Le site de Didier Thiercelin